Accueil Examens Concours Niger / Bac 2023 : Transparency International demande l’organisation d’une seconde session au lieu de la reprise d’une épreuve pour la série D
Examens ConcoursInternationale

Niger / Bac 2023 : Transparency International demande l’organisation d’une seconde session au lieu de la reprise d’une épreuve pour la série D

Déclaration de l’Association Nigérienne de Lutte contre la Corruption, section de Transparency International.

Réuni ce dimanche 16 juillet 2023, à l’effet d’examiner la situation du baccalauréat née du conseil des Ministres du 6 juillet 2023, le Conseil Exécutif National de l’Association Nigérienne de Lutte contre la Corruption section de Transparency International Niger (CEN/ANLC/TI-Niger) fait la déclaration suivante :

Considérant le communiqué du conseil des Ministres du jeudi 6 juillet 2023 rendu public en ces termes : « en raison des erreurs graves descellées dans la formulation du sujet de mathématique de la série D, sur instruction du Président de la République, cette épreuve sera reprise pour les candidats de cette filière ayant échoué à cette session dans les prochains jours. » ;

Considérant que l’ANLC/TI-Niger est chef de file dans le mouvement Transparency en Afrique de l’ouest pour la promotion de la bonne gouvernance dans le secteur de l’éducation ;

Considérant que l’étude réalisée par l’Association en 2004 a servi de base à l’organisation des examens.

Considérant la lutte contre les faux diplômes que mène l’ANLC/TI-Niger depuis 2012.

Après analyse de la situation, le Conseil Exécutif de l’ANLC/TI-Niger dont les membres sont pour une grande majorité des enseignants ayant une longue et riche expérience des examens du baccalauréat, s’interroge sur les vraies motivations de cette reprise de l’épreuve de mathématique en série D. S’agit-il d’une réelle volonté de rendre justice ou d’une aggravation de la déliquescence de notre système éducatif ?

Par expérience, des erreurs sur des sujets au Bac, il y en a toujours eu, comme toute œuvre humaine. Mais dans de telles situations on procède aux rectifications nécessaires ou à défaut à l’utilisation de deuxième sujet, car il y a toujours par principe un sujet de remplacement pour chaque épreuve même en cas de fuite. Cette année encore, ces erreurs ont été détectées et les solutions appropriées ont été apportées.

Au regard de tout ce qui précède, le Conseil Exécutif s’indigne de cette décision de reprise d’une seule matière au motif qu’elle serait cause d’échec alors même que des candidats se sont retrouvés en cette même matière avec des notes honorables au premier groupe, tandis que d’autres ayant repris la mathématique au second groupe ont été recalés.

Le Conseil Exécutif demande au gouvernement :

De protéger la crédibilité connue universellement du Bac nigérien en évitant qu’il ait un bac, diplôme universitaire et un autre bac par décret.
En effet, depuis l’institution du bac par Napoléon 1er en 1808 jusqu’à nos jours, nous n’avons pas eu connaissance d’une reprise d’épreuve dans les conditions semblables à celle prise par le conseil des Ministres du 6 juillet 2023. Au Niger, on a en mémoire l’expérience de 1991, où par résolution de la conférence nationale, il a été décidé une deuxième session du bac ;

Au gouvernement de prendre toutes les mesures idoines pour améliorer la qualité de notre système éducatif qui, malgré les énormes investissements sombre chaque année un peu plus dans la médiocrité ;
Le CEN/ANLC/TI-Niger demande au gouvernement de renoncer à la mesure de reprise du bac par cette épreuve de mathématique, de respecter les textes qui régissent l’organisation et la proclamation des résultats des examens du baccalauréat ;
D’organiser une deuxième session pour tous ceux qui ont échoué, pour être juste envers tous les candidats refusés de toutes les séries.
En tout état de cause, l’ANLC/TI Niger, reste déterminée plus que jamais dans son combat pour la promotion de la bonne gouvernance dans tous les secteurs de la vie nationale.

Source : aniamey

laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

SUIVEZ-NOUS SUR FACEBOOK ...

Publicité

Articles Liés

Internationale

Burkina Faso / Officialisation des langues nationales : Bientôt des outils d’opérationnalisation

Cette semaine est décisive dans l’option prise par le Burkina d’officialiser ses...

Internationale

Burkina Faso / Qualité de l’éducation : L’initiative « Mathematics and sciences for Sub-Saharian Africa (MS4SSA) » prend ses marques

Le ministère de l’Education nationale, opérationnalise l’implémentation de l’initiative ” Mathematics and...

Internationale

Burkina Faso / Mise en œuvre du PSDEBS : L’heure de l’évaluation à mi-parcours

Chaque année, la mise en œuvre du Plan stratégique de développement de...

Internationale

Burkina Faso / Formation professionnelle dès le primaire : Un aperçu du draft initial et des implications futures

Dans le domaine de l’éducation, des changements significatifs sont en cours et...