Accueil Examens Concours Burkina Faso / Fada N’Gourma : comment les élèves déplacés internes préparent leur examen du baccalauréat 2023
Examens ConcoursInternationale

Burkina Faso / Fada N’Gourma : comment les élèves déplacés internes préparent leur examen du baccalauréat 2023

Les élèves déplacés internes de Fada N’Gourma préparent activement leur examen du baccalauréat 2023 (le 20 juin), malgré l’insécurité qui a entraîné la fermeture de plusieurs dizaines d’établissements scolaires dans la région de l’Est. Ce qui a occasionné le déplacement de nombreux élèves dans les villes comme Fada N’Gourma où certaines écoles fonctionnent encore. A quelques jours de l’examen, Libreinfo a échangé avec certains d’entre eux pour savoir comment ils se préparent pour passer le baccalauréat. C’était le 9 juin 2023.

A quelques jours du baccalauréat 2023, les élèves déplacés internes de Fada N’Gourma dans la région de l’Est préparent activement leur examen. Nous avons fait un tour dans quelques lycées de la ville de Fada N’Gourma afin de constater comment ces élèves déplacés internes préparent leur examen.

Dans la cour du lycée Diaba Lompo, il est 9 h lorsque nous arrivons sur les lieux. Il n’y a pas d’affluence. Les élèves ne sont pas en grand nombre comme pendant la période des cours.

Ils sont quelques-uns disséminés sous des arbres du plus grand établissement de la région que l’on pouvait trouver.

Les uns sont concentrés sur leurs cahiers, d’autres prennent leur petit déjeuner et d’autres encore cherchent un tableau mural pour travailler en groupe.

Maimouna Thiombiano est une élève déplacée interne de Diabiga, dans la province de la Kompienga. Elle fait la classe de terminale A4 au lycée Diaba Lompo de Fada N’Gourma. Nous l’avons trouvée assise à un endroit isolé et calme. Elle y est en train d’apprendre ses leçons.

Comme beaucoup de ses camarades, elle y est pour réviser ses cours dans la perspective de l’examen du Baccalauréat prévu pour le 20 juin 2023. « Je révise mes leçons en vue de me préparer pour mon examen » informe Maimouna Thiombiano.

Quant à Filemon Combary, un autre élève déplacé interne qui vient de la commune de Logobou dans la province de la Tapoa, il fait la classe de terminale D au Lycée Diaba Lompo.

Il était à la recherche d’un endroit approprié pour s’asseoir et réviser ses leçons. « Je suis venu pour lire mes cours de sciences de la vie et de la terre » a-t-il confié.

Autre lieu, autres élèves déplacés internes avec la même détermination. Se préparer pour réussir à leur examen du baccalauréat.

Au Lycée Privé Sabil El Nadja 2, nous avons rencontré Timbendi Souobou. Il est élève dans cet établissement en classe de terminale D. Il est ressortissant de Bouala, un village de la commune de Gayeri, dans la province de la Komondjari.

Il justifie sa présence au lycée ce matin par la préparation à son examen qui se tient dans moins de deux semaines. « Je suis venu ce matin au lycée pour m’exercer en mathématiques sur les chapitres des nombres complexes et de trigonométrie »

La préparation de l’examen par ces élèves déplacés internes se fait dans des conditions qu’ils jugent difficiles.

« Nous sommes en location. Parfois notre nourriture finie et comme il n’y a pas de réseau au village, nous manquons de quoi manger » a expliqué Maimouna Thiombiano.

Elle ajoute ceci : « Avant que la situation ne devienne plus difficile nos parents nous envoyaient la nourriture à travers les transporteurs, mais à présent ce n’est plus possible. Ce sont des risques qu’ils prennent pour se rendre sur une colline située à la périphérie du village pour nous envoyer de l’argent »

Filemon Combary connaît aussi les mêmes difficultés dans la préparation de son examen. Sauf que lui, il manque certains documents en mathématiques et en philosophie parce qu’il est dans l’impossibilité de joindre ses parents et leur demander de l’argent pour se procurer de ces documents. « L’éloignement de mes parents influence la préparation de mon examen parce qu’étant dans l’impossibilité d’appeler les parents fait que je manque des documents en philosophie et en mathématiques»

Quant à Timbédi Souobou, les problèmes d’ordre alimentaire ne se posent pas à son niveau car malgré son impossibilité et celle de ses camarades de se rendre dans leur village, leurs parents trouvent des moyens pour leur envoyer de quoi se nourrir. Seulement que : « Je suis parfois troublé parce que je n’ai pas les nouvelles de mes parents au village » dit-il, ce qui impacte négativement la préparation de son examen.

Malgré les conditions de vie et d’études difficiles, les élèves déplacés internes candidats à l’examen du baccalauréat restent confiants quant à leur réussite à leur examen grâce aux travaux de groupes et individuels qu’ils font mais également de l’encadrement de certains professeurs.

L’apport des professeurs en cette veille de l’examen
« En dehors des mathématiques et de la philosophie, je n’ai pas de crainte pour ce qui concerne les autres matières » informe Mlle Thiombiano qui ajoute qu’un professeur de philosophie les encadre dans cette matière.

Yemboini Gnoula, professeur de mathématiques au Lycée de Fada fait partie de ces professeurs qui ont organisé des cours d’appui gratuits au bénéfice des élèves déplacés internes. Il justifie leurs actions en ces termes :«Vu la situation, beaucoup d’élèves étaient obligés d’abandonner l’école sans pouvoir terminer les programmes. C’est pourquoi nous avons décidé de les appuyer afin qu’ils puissent voir et approfondir certaines notions »

Baibé Hien, professeur de français argue que ses collègues et lui ont décidé d’organiser des cours d’appui au profit des élèves déplacés internes parce que «beaucoup d’élèves ont du mal à pouvoir avoir les frais de scolarité et sont allés s’inscrire au cours du soir où le programme ne pourra pas être intégralement exécuté

Par ailleurs, il se dit que ce n’est pas peine perdue car pour ce qui concerne l’examen du BEPC, il dit avoir les résultats de leurs encadrements : « Hier ( vendredi 9 juin 2023, ndlr) j’ai reçu des appels d’au moins cinq élèves qui m’ont informé qu’ils sont admis à leur examen du BEPC. »

Timbédi Souobou de Lycée Privé Sabil El Nadja qui dit éprouver des difficultés en histoire géographie et en philosophie garde néanmoins espoir quant à son réussite à son examen. « Je compte avoir mon BAC au premier tour, car je suis sûr de moi en mathématiques, en physique chimie et en science de la vie et de la terre. » nous a-t-il dit.

 

Source : aouaga

laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

SUIVEZ-NOUS SUR FACEBOOK ...

Publicité

Articles Liés

Examens Concours

Côte d’Ivoire / La délocalisation du lancement du BEPC au lycée Koffi Gadeau de Tiébissou s’inscrit dans une démarche de proximité

le directeur régional de l’éducation nationale et de l’alphabétisation(DRENA) du District autonome...

Examens Concours

Côte d’Ivoire / BEPC 2024 : Le DRENA Abidjan 3 exhorte à des examens sans tricherie

Le Directeur régional de l’éducation nationale et de l’alphabétisation d’Abidjan (DRENA) 3,...

Examens Concours

Côte d’Ivoire / BEPC 2024 : La direction régionale d’Abengourou enregistre un taux de plus de 52% candidates

La direction régionale de l’Éducation nationale et de l’Alphabétisation a enregistré pour...