Accueil Internationale Burkina Faso / Stratégie nationale d’éducation en situation d’urgence : Le plan de communication s’adapte au contexte
Internationale

Burkina Faso / Stratégie nationale d’éducation en situation d’urgence : Le plan de communication s’adapte au contexte

La Stratégie nationale d’éducation en situation d’urgence (SN-ESU) 2019-2024 est le référentiel de pilotage de l’éducation en situation d’urgence dans un pp00 de crises sécuritaire,  humanitaire et sanitaire. L’une des particularités d’une crise étant son instabilité et sa sensibilité, le plan de communication intégré à cette stratégie doit continuellement être adapté au contexte pour plus d’efficacité. C’est ce à quoi travaille une équipe à Koudougou à partir du lundi 17 juillet 2023. 

Depuis le début de la crise sécuritaire en 2016, le secteur de l’éducation en subit de plein fouet les conséquences.  Au 31 mai 2023, ce sont 6 149 établissements fermés affectant 1 041 681 élèves et 31 004 enseignants. C’est donc un outil stratégique de communication sensible aux crises et de plaidoyer qui est attendu. Il sera assorti d’un plan de travail annuel.

Ce référentiel sera selon le Conseiller technique du ministre de l’éducation nationale, Vincent de Paul Ouédraogo,  « la traduction opérationnelle et structurée des actions de communication relatives à la SN-ESU. » L’insuffisance fondamentale à combler, c’est la prise en compte des crises autres que sécuritaires et des recommandations de l’évaluation à mi-parcours de la SN-ESU.

Structure de pilotage de l’ESU,  le Secrétariat technique de l’Education en situation d’urgence met en œuvre ce plan de communication en tandem avec la Direction de la communication et des relations presse. Autour de 3 axes que sont, ‘’Mobilisation sociale à la prévention des crises et à la riposte commentaire’’, ‘’gestion de l’information en interne et visibilité des actions de la SN-ESU’’ et ‘’communication de crise et gestion des médias ‘’, des actions de masse, de plaidoyer avec un plan médias, ont notamment été menées.

La relecture devra permettre d’évaluer l’efficacité de ces actions à mi-parcours afin de les réadapter au contexte et aux cibles. ‘’La planification,  dit-on,  c’est l’art d’organiser l’avenir’’, a souligné Vincent de Paul Ouédraogo pour traduire l’importance de l’anticipation dans les actions à identifier.
Source : MENA Burkina Faso

laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

SUIVEZ-NOUS SUR FACEBOOK ...

Publicité